Blog de Antonio Romea. Intérprete Jurado de Ruso e Inglés.

ПЕРЕВОДЧИК АНТОНИО РОМЕА. Blog de Antonio Romea. Intérprete Jurado de Ruso e Inglés. Artículos publicados o ¿censurados? en prensa española.
MANIFIESTO:
Tras la Segunda Guerra Mundial (1945) se fundó la ONU, la cual condenó el Colonialismo. Se inició el proceso de Independencia de las naciones de Africa y Asia (1948-1965), ex-colonias de Francia e Inglaterra. EEUU desarrolló una política de neocolonialismo: dominio politico-económico, pero no militar directo en Hispanoamérica y otras regiones. Su intento colonial directo fue derrotado en Vietnam (1977).

La disolución de la URSS en 1991, puso fin a la Guerra Fría y la bipolaridad en que se había mantenido el Mundo desde la II Guerra Mundial. La Administración de EEUU, sin contrapeso, como Imperio incontestado, se lanzó a la conquista clásica de colonias.

Las víctimas: Yugoslavia, Iraq, Afganistán, Somalia...

Se presiona a los países que limitan las “inversiones” extranjeras, se les obliga a que "abran sus mercados" a los capitales occidentales: Irán, Siria, China, Zimbawe, Corea del Norte, Myammar, Sudán, etc.

Las Instituciones Internacionales, ONU, Premio Nobel, Tribunal de la Haya, IAEA, han dejado de ser neutrales. Adulteradas, son instrumento de esta nueva política colonial. También denominada Neocolonialismo:

1. Exportación de capitales.

2. Adquisición de territorios: Medios de Producción (empresas e industrias), Materias Primas y Energía (recursos naturales).

La forma es clásica, lo hicieron portugueses y españoles (S.XVI-XVII), e ingleses y franceses (S.XVIII-XIX), la retórica ha cambiado: Antes se colonizaba, mataba, destruía y sometía a la pobreza a los pueblos para "Cristianizarles" o “Civilizarles", en el S.XXI para "Democratizarles".


En el S.XXI comienza con un retroceso ético y legal con respecto a los principios fundacionales de la ONU, que debía garantizar la NO repetición de guerras contra civiles y crímenes contra la Humanidad.

International Affairs and Colonialism in S.XXI. Interpretation Russian-English-Spanish

7 nov. 2010

AIRBUS de Qantas : Est-ce que Airbus a des ennemis ?




Suite à l'explosion du moteur d'un Airbus A380 et à son atterrissage d'urgence à Singapour, les compagnies aériennes Qantas et Singapore Airlines ont suspendu les vols de leurs appareils équipés des moteurs Rolls-Royce, le fabriquant de moteurs européen, soient vérifiés.

Airbus a déjà envoyé une équipe de recherche à Singapour et ce, même si la responsabilité finale de la recherche incombe aux autorités australiennes et, en particulier, à l'Australian Transport Safety Bureau (ATSB).
Des témoins, présents sur l'île indonésienne de Batam, affirment qu'ils ont vu se produire, alors que l'avion étant en vol, une explosion du moteur et que des pièces du fuselage sont tombées au sol.
Nous souhaitons clarifier les raisons de cet incident et les rendre publiques, ce qui est souvent difficile quand de puissants intérêts économiques sont en jeu.

Dans le même temps, les vols Sydney -Los Angeles et Sydney-Londres sont assurés, par la compagnie Qantas, aux horaires prévus avec les avions 747-400 de Boeing et les vols Londres-Singapour sont assurés par un Boeing 777 exploité par la compagnie British Airways.
La même compagnie British Airways qui avait dit adieu à ses Boeing 757 le 30 octobre.

La compagnie américaine Boeing est l'autre producteur de gros avions de ligne. Auparavant, elle avait un quasi-monopole en ce domaine puisqu'elle était le seul fournisseur de liaisons long-courrier. Or, depuis que l'Europe a commencé à produire et à commercialiser, à partir de 2007, l'Airbus, Boeing a perdu des parts de marché.

L'incident est très malheureux et inopportun parce qu'il coïncide avec la visite officielle du Premier ministre chinois à Paris, qui, au nom de la Chine, a signé un accord, de plus d'un milliard d'euros, pour acheter 109 Airbus. Ce qui fut une très bonne nouvelle pour le fabriquant européen (France, Espagne, Royaume-Uni), et une moins bonne pour son concurrent américain ...
Cet incident nous rappelle la fin tragique qu'a connue le Concorde, le seul avion supersonique à usage civil, qui aurait pu constituer la prochaine étape technologique dans le domaine de l'aviation mondiale et remplacer les avions de ligne actuels. Mais, la technologie était européenne - française -, et non américaine. C'est pourquoi, pendant des décennies, il y eut, à son égard, un boycott tacite de la part de Boeing et des administrations américaines.
A son époque, Kissinger a interdit au Concorde de voler dans l'espace aérien des États-Unis au motif qu'il polluait alors que l'US Air Force utilisait, dans le même temps, des avions supersoniques ... Ces incidents sont-ils imputables à la technologie de l'aviation européenne qui serait moins fiable, ce qui impliquerait, par suite, d'acheter américain, ou seraient-ils dus à des actes de sabotage commis par des personnes cherchant à favoriser la concurrence ?
Existerait-il un terrorisme commercial ? La question est particulièrement troublante lorsque l'on sait que les grandes compagnies américaines entretiennent, depuis longtemps, des liens particuliers avec la CIA, qu'il s'agisse de recruter une bande de nervis ou des milices privées (par exemple, les Escadrons de la Mort, ou Blackwater) qui, à leur tour, ont été accusées d'avoir assassiné des dirigeants politiques et d'avoir perpétré des actes que l'on pourrait qualifier de terrorisme commercial, voire de terrorisme d'État.
Dans les années 1950, derrière l'assassinat du Président du Guatemala, Arbenz, se cachaient les intérêts de la United Fruit Company.
Equateur, mai 1981 : l'hélicoptère du Président Roldós a explosé, après que celui-ci a proposé une loi sur les hydrocarbures. Peu de temps après Texaco obtient des concessions de pétrole en l´Amazonie équatorienne.
Panama, juillet 1981 : une bombe a fait exploser l'avion du Président Torrijos, qui avait essayé de nationaliser le canal.
Et en 2003, les premiers bénéfices de l'invasion et la destruction de l'Irak, avant même que les compagnies pétrolières (Chevron, Texaco et BP) et la reconstruction (Halliburton de Cheney, et Bechtel) - ont été pour les entreprises d'armement, compris Boeing et Lockheed. C'est parce que le Pentagone a dépensé son arsenal d'armes et de missiles et a dû réacheter d'armes à ces sociétés pour milliards de dollars. Boeing est un important producteur d´arms, en plus de faire d'autres gros avions de passagers sur le marché.

Si le incident de Qantas Airbus était dû à une bombe ou un sabotage, probablement ne transcenderá pas a l'opinion publique.
Parce que, on cas contraire, à partir de maintenant, il faudrait á les compagnies aériennes qui acquérirant les Airbus, mettre en œuvre un protocole de sécurité pour le personnel extérieur, qui ont accès aux avions, semblable à celle que nous appliquons dans les aeroports francaises pour les passagers. Depuis, si il y aura un terrorisme commercial, serait aussi dangereux que l´islamique.

Sur les sociétés americaines impliquées dans le sabotage et la guerre:

"Confessions d'une économique Hit Man" John Perkins.
"War and Business", Rolf Uesseler.
"Shadow Warriors: The CIA Hero of 100 Unknown Battles", Felix Rodriguez and John Weisman.
"Corporate Warriors: The Rise of the Privatize Military Industry, PW Singer.
"Private Warriors: Private Armies and the New World Order" Douglas & McIntyre.

Antonio Romea. Analyst des Relations Internationalles
(Universidad Complutense de Madrid).
Arabista (Universidad Autónoma de Madrid).
Colaborador de ABC, El Correo, El Público

No hay comentarios:

Publicar un comentario