Blog de Antonio Romea. Intérprete Jurado de Ruso e Inglés.

ПЕРЕВОДЧИК АНТОНИО РОМЕА. Blog de Antonio Romea. Intérprete Jurado de Ruso e Inglés. Artículos publicados o ¿censurados? en prensa española.
MANIFIESTO:
Tras la Segunda Guerra Mundial (1945) se fundó la ONU, la cual condenó el Colonialismo. Se inició el proceso de Independencia de las naciones de Africa y Asia (1948-1965), ex-colonias de Francia e Inglaterra. EEUU desarrolló una política de neocolonialismo: dominio politico-económico, pero no militar directo en Hispanoamérica y otras regiones. Su intento colonial directo fue derrotado en Vietnam (1977).

La disolución de la URSS en 1991, puso fin a la Guerra Fría y la bipolaridad en que se había mantenido el Mundo desde la II Guerra Mundial. La Administración de EEUU, sin contrapeso, como Imperio incontestado, se lanzó a la conquista clásica de colonias.

Las víctimas: Yugoslavia, Iraq, Afganistán, Somalia...

Se presiona a los países que limitan las “inversiones” extranjeras, se les obliga a que "abran sus mercados" a los capitales occidentales: Irán, Siria, China, Zimbawe, Corea del Norte, Myammar, Sudán, etc.

Las Instituciones Internacionales, ONU, Premio Nobel, Tribunal de la Haya, IAEA, han dejado de ser neutrales. Adulteradas, son instrumento de esta nueva política colonial. También denominada Neocolonialismo:

1. Exportación de capitales.

2. Adquisición de territorios: Medios de Producción (empresas e industrias), Materias Primas y Energía (recursos naturales).

La forma es clásica, lo hicieron portugueses y españoles (S.XVI-XVII), e ingleses y franceses (S.XVIII-XIX), la retórica ha cambiado: Antes se colonizaba, mataba, destruía y sometía a la pobreza a los pueblos para "Cristianizarles" o “Civilizarles", en el S.XXI para "Democratizarles".


En el S.XXI comienza con un retroceso ético y legal con respecto a los principios fundacionales de la ONU, que debía garantizar la NO repetición de guerras contra civiles y crímenes contra la Humanidad.

International Affairs and Colonialism in S.XXI. Interpretation Russian-English-Spanish

25 nov. 2010

UNE ANALYSE DU CORÉE: MÉFIANCE ET PROVOCATION

Fusillade de Coreé du Nord. Ministre Coreé du Sud démissioné (26 nov 10)


La Corée du Nord avec ses 23 millions d'habitants a presque la moitié de la population que celle-là du Sud, son niveau de vie est très inférieur, l'espérance moyenne de vie d'hommes n'arrive pas a 70 ans, dix ans moins qu'au Sud. Gouvernée par une nomenclature stalinienne héréditaire, elle a un complexe de fortresse assiégée et peur à être envahi. Dans ce contexte: quel sens ont les manoeuvres militaires à la frontière de la part du Séoul ? Il semble irresponsable et superflu.

Cela est raison suffisante pour que le Ministre de la défense de la Coreé du Sud ait démissionné.


LA GUERRE INACHEVÉE DE LA CORÉE


Le 9 août 1945 les troupes de l'URSS ont libéré le nord coréen de l'invasion japonaise. Après la capitulation du Japon devant les EU le 15 août, les deux puissances ont divisé par le parallèle 38 º la Corée en deux zones d'occupation, comme elles le faisaient en Allemagne. Chacune d'elles a imposé son type d'administration dans sa zone, au nord communiste et au sud capitaliste. À peu plus tard a commencé la Guerre Froide entre les EU et l'URSS.


En 1950 la Corée du Nord a envahi celle-là du Sud. L'ONU dans une absence du représentant soviétique a approuvé l'envoi de troupes pour rétablir la frontière dans le parallèle 38º. Les dites troupes ont été en majorité effectives des EU, qui en plus de l'Armée de mer du Pacifique, possèdent une énorme base navale dans Okinawa (Japon).


Au commandement on a placé le Général MacArthur, un fanatique du colonialisme américain dans le Sud-est Asiatique, qui a ordonné de dépasser les objectifs imposés par l´ONU, a envahi la Corée complètement et a bombardé la Mandchourie chinoise. 




La Chine a réagi et avec grandes vagues de soldats "des volontaires" a aidé les Nord-Coréens à récupérer le territoire perdu à nouveau jusqu'au parallèle 38º. La Corée est restée telle divisée, après l'armistice - puisqu'il n'a pas été signé traité d'une paix- de 1953.

La guerre de trois ans, a coûté plus de trois millions entre des morts et des blessés coréens, en sa majorité civils.

Des Etats-Unis maintient là un contingent de 32.000 soldats depuis lors.

Piongyang veut bilatéralement négocier avec Etats-Unis., et exige qu'ils cessent de la menacer et que se retirent de la péninsule pour permettre un dialogue íntercoreano sur la réunification. Par cela les EU insistent sur des conversations multilatérales, pour ce qu'ils incluent la Chine, la Russie, l'ONU et la Corée du Sud, puisque la réunification unique que les EU sont disposés à consentir serait une absorption du nord de la part du sud, comme elle a passé avec l'Allemagne de l'Est.


Durant l'Administration Clinton et avec la visite de Madelaine Allbright a Piongyang, s'est initié un rapprochement et le guet de négociations possibles entre Washington et Piongyang.

Mais le Président belicista, George Bush, a menacé la Corée du Nord, l'Iran, la Syrie et l'Iraq et les avait inclus dans son "axe du Mal" particulier.


DES LEÇONS DE L'INVASION À L'IRAQ


L'Iraq a permis l'entrée des observateurs de l'ONU, et encore a été bombardé et envahi sous l'excuse d'avoir quelques armes de destruction massive qu'il ne possédait pas.


Après avoir vu cela, les autres pays menacés par Bush, ont tiré des leçons pour oui le même : Ils considèrent que les institutions internationales sont adultérées (comme a reconnu le rapport d'Amnistie Internationale de 2005), et elles sont mises au service des intérêts neocoloniales des Etats-Unis., si vous collaborez aves ses inspectors. Elles t'épieront d'abord (cas de l'inspecteur australien Buttler à l'Iraq, un informateur de la CIA) et tout de suite t'envahiront.


La thèse : "Si toi même ne peux pas te défendre, tu seras bombardé et envahi par des Etats-Unis.", explique porqué l'Iran ou l'État nord-coréen ont dédié d'énormes efforts et des ressources (dans le cas de la Corée du Nord, c'est un pays pauvre qui a souffert une grande faim en 1997), pour développer des programmes misilísticos et nucléaires propres.

La Corée du Nord, avec ses nouveaux missiles et l'obtention très probable d'une bombe atomique (elle a réalisé deux preuves souterraines), maintenant oui, elle peut arriver avec ses armes aux troupes, les bases et les navires américains déployés à une distance moyenne de son territoire.

Et cet fact a radicalement limité la capacité de Washington d'obtenir une "solution militaire" à son contentieux en Corée.

La Corée du Nord a pris des mesures pour “qu'aucun Bush” ne puisse la recommencer à menacer, mais a le meme tempt, elle a déclaré être disposée à négocier avec les EU une réduction bilatérale d'armement, au lieu de la garantie de qu'elle ne sera pas envahie.

La réponse qui reçoit ce régime isolé et méfiant consiste en ce que des manoeuvres militaires "Team Spirit" sont annuellement réalisées, entre les Armées des EU et de la Corée du Sud, dans lesquelles est simulée une invasion et le débarque au Nord. En plus de ces macro manoeuvres, Il existent les Exercices militaires constants que le Séoul programme.

Dans cette occasion se sont développé dans l'île sud-coréenne d'Yeonpyeong, situé dans la frontière entre les deux pays dans la Mer Jaune, dans des eaux disputées par les deux pays.


L'Armée de la Corée du Sud a admis qu'elle effectuait des essais balistiques dans Yeonpyeong, mais elle dit que les décharges avaient eté mis à l'ouest pas au nord.

L'agence nord-coréenne, KCNA, a assuré que les militaires sud-coréens avaient été les premiers à tirer sur des "dizaines de projectiles" ce qui a obligé l'Armée nord-coréenne à réagir. Ils ont fait feu jusqu'à 200 projectiles, selon des sources sud-coréennes, contre l'île.

L'Armée de la Corée du Sud a répondu avec plus de 80 projectiles contre les positions de l'artillerie nord-coréenne assignées sur la côte à l'ouest de la peninsula et en ordonnant l'envoi d'avions de combat à l'île.

Le résultat pénible consiste en ce que trois soldats sud-coréens et deux civils sont morts à cause des décharges d'obus de l'artillerie nord-coréenne, en plus de 17 soldats sud-coréens blessés.


------------------------------------------------------------

Antonio Romea. Analyste de Politique Internationale.

L'ex-Directeur de l'Institut d'Études Internationales de la Universite Complutense à Moscou.

Il collabore dans la presse espagnole (ABC, EL Correo, El Mundo, El Diario).





No hay comentarios:

Publicar un comentario